Accueil > A SAVOIR > Fêtes calendaires, événements > Fêtes de fin d'année

Fêtes de fin d'année : Noël

Au Moyen-Âge, Noël !

Noël ! était le cri de joie poussé par le peuple à l'arrivée d'un heureux événement

Les origines du mot Noël sont diverses et controversées. Certains disent qu’il pourrait venir du latin "natalis dies", qui signifie "jour de naissance". Un peu partout en Europe, le terme a pris des couleurs différentes: Noël, Noué et Noié en France, Natale en Italie, Natal au Portugal, Navidad en Espagne.

D’autres prétendent que les origines du mot Noël sont gauloises, le mot Noël viendrait de deux mots gaulois "noio" (nouveau) et "hel" (soleil). Cette origine fait référence au caractère profane de la fête et notamment à la fête du solstice d'hiver fêtée par les Gaulois. Comme toujours les grandes fêtes religieuses chrétiennes et les fêtes païennes se superposent et s'entremêlent, il est donc difficile de retrouver les origines exactes du mot Noël.

L'avent - Période liturgique

L'Avent (du latin adventus: venue, arrivée) est le temps liturgique précédant la fête de Noël. Ce temps de préparation à la célébration de la naissance de Jésus est marqué par la symbolique de l'attente et du désir. Quelques traditions de L'Avent:

Couronne de l'Avent

Fabriqué pour le premier dimanche de l'Avent, elle est faite de branches de sapin, de pin, de houx ou parfois de gui. Elle est nouée de rubans rouges et est ornée de quatre bougies et parfois de pommes de pin. Elle peut être posée horizontalement ou bien suspendue (sans les bougies) comme décoration aux portes ou aux fenêtres. La couronne est un ancien symbole qui signifie plusieurs choses :

Sa forme ronde évoque le soleil et annonce son retour chaque année. Les quatre bougies marquent les quatre semaines de l'Avent et sont allumées chacun des quatre dimanches. Noël sera là lorsque la dernière bougie sera allumée. Le plus souvent les bougies sont rouges pour évoquer le feu et donc la lumière. En Suède, elles sont blanches symbole de fête et de pureté. En Autriche, elles sont violettes qui est un symbole de pénitence. Le nombre quatre symbolise aussi les quatre saisons et les quatre points cardinaux. La couleur verte de la couronne symbolise la végétation, signe d'espérance durant les longs mois d'hiver.

Pour les chrétiens, cette couronne est aussi le symbole du Christ Roi, le houx rappelant la couronne d'épines posée sur la tête du Christ.

Calendrier de l'Avent

Cette tradition germanique est née pour faire patienter les enfants. À l'origine, on remettait une image pieuse chaque matin aux enfants, comportant une phrase de l'Évangile ou une incitation à faire une bonne action. Plus tard les biscuits puis les chocolats remplacèrent les images. Le calendrier a souvent la forme d'une planche cartonnée dans laquelle sont prédécoupées 24 fenêtres qu'on ouvre progressivement, une par jour. On peut alors y lire la phrase de l'Évangile ou y prendre la confiserie qu'elle contient. Depuis quelques années, surtout en Allemagne, on y trouve des petits jouets.

La Saint Nicolas

Au cours de cette période, les habitants du Nord et de l'Est de l'Europe fêtent la Saint Nicolas le 6 décembre. En France cette tradition est surtout vivante dans l'est du pays.

Depuis quand fête-t-on Noël ?

On fêtait Noël bien avant la naissance de Jésus-Christ.

Depuis l'antiquité, l'homme a toujours fêté le solstice d'hiver. A partir de cette date, les jours commencent à rallonger. Depuis que l'homme cultive, il attend avec impatience le retour du soleil et le dégel, qui apporteront les promesses de fécondité de la terre, dont dépendra la nourriture à venir.

  • Dans l'antiquité romaine, des réjouissances qui s'étendaient du 17 au 24 décembre avaient lieu en l'honneur du dieu des semailles et de l'agriculture les "Saturnales".
  • Cette date était aussi très importante dans l'empire romain parce que depuis le règne d'Aurélien (275 après JC), l'empereur romain était considéré comme une incarnation divine, et sa date symbolique de naissance était le 25 décembre. Lorsque les Romains se convertirent au christianisme, la date resta, mais l'affectation changea!
  • Dans l'Égypte ancienne, le soleil nouvellement né était représenté par l'image un jeune enfant.
  • En Orient, le culte de Mithra, divinité de la lumière, voulait que l'on sacrifiât, le 25 décembre, un jeune taureau, pour célébrer la naissance du dieu solaire.
  • Au début du christianisme, la fête de Noël n'existait pas. Seule la Résurrection du Christ donnait lieu à une célébration.
  • C'est à partir du IVème siècle que l'Église a adapté la fête païenne du Solstice, en lui donnant un sens nouveau. Noël n'est pas la fête de la naissance de Jésus, dont on ne connaît pas la date exacte, mais la célébration du Seigneur venant dans le monde.
  • La première messe de minuit fut célébrée le soir Noël de 440 par le pape Sixte III. Petit à petit, la fête de Noël va prendre la forme que nous lui connaissons actuellement.
  • Sous son règne Charlemagne instaura les trois messes de Noël, usage qui s'étendit à tout son Empire !
  • A partir du 12ème siècle, la fête de Noël devint la plus importante de l'Occident chrétien.

Le 25 décembre on fête Noël !

Avant même la période chrétienne de nombreuses fêtes populaires et étaient célébrés au mois de décembre:

  • Le jour du solstice d'hiver avait aussi lieu la fête de l'anniversaire de Mithra, le dieu du soleil vaincu. Cette date a été fixée par erreur le 25 décembre par le calendrier de Jules César.
  • À Rome, du 17 au 24 décembre, on fêtait les saturnales. Ces célébrations étaient vouées à Saturne, le dieu des semailles et de la fertilité.
  • On trouve des traces des fêtes similaires chez les Teutons, les Celtes et les scandinaves.
  • Les premières fêtes pour la naissance de Jésus ont eu lieu le 6 janvier dans les premières églises en Orient.
  • En 330, l'empereur Constantin officialisa le remplacement du dieu solaire par la naissance du Christ.
  • En 381, l'empereur Théodose retint la date du 25 décembre comme jour de fête en Occident, tout en conservant l'adoration des Mages le 6 janvier.

L'invention du Père Noël

En 1931, Coca-cola cible les enfants et popularise Sinterklaas devenu Santa-Claus avec l'aide du graphiste de Chicago Haddon Sunbloom. Grâce au talent artistique de Sundblom, le père Noël avait désormais une stature humaine (le rendant ainsi plus convaincant et nettement plus accessible), un ventre rebondissant, une figurine sympathique, un air jovial et une attitude débonnaire. La longue robe rouge a été remplacée par un pantalon et une tunique. Ceci est plus marqué aux États-Unis, car en France, le père Noël a conservé une longue robe rouge. En 1885 le même illustrateur décida que le père Noël vivait au pôle Nord.

Ainsi, jusqu'en 1965, Coca-Cola diffuse ce portrait dans tous les médias du monde.

L'arbre de Noël

Chaque civilisation païenne a eu son arbre sacré, car représentant à lui seul les trois parties du cosmos : le monde souterrain par ses racines, la terre par son tronc, et les cieux par son feuillage. Cet arbre était traditionnellement un chêne, mais dès le XIIème siècle, il fut supplanté par le sapin, plus facile à trouver et meilleur marché. L'arbre de Noël, toujours présent à l'intérieur des habitations, est chargé de décorer et de regrouper les cadeaux de Noël dans les familles. C'est en 1521, en Alsace, que le premier arbre de Noël serait apparu.

En fait la tradition d'un arbre décoré serait beaucoup plus ancienne puisque les Celtes décoraient déjà un arbre, symbole de vie au moment du solstice d'hiver. Les Scandinaves faisait de même pour la fête de Jul, qui avait lieu à peu près à la même date que Noël. L'installation de cet arbre sera d'ailleurs considérée comme une pratique païenne jusqu'au milieu du XXe siècle par l'Église catholique. Au contraire les Protestants l'adopteront dès la Réforme de 1560 comme symbole de l'arbre du paradis.

La crèche

En occident, la chèche fait parti des symboles importants de Noël. La crèche est une mise en scène de la naissance de Jésus telle qu'elle est présentée dans le Nouveau Testament : sur une table, ou à même le sol, on bâtit une étable miniature dans laquelle on dispose des personnages (en terre cuite souvent) réunis autour de l’enfant Jésus, représentant Marie et Joseph (les parents de Jésus), un âne et un bœuf qui réchauffent le nouveau-né avec leur haleine et des bergers. La première crèche aurait été réalisée par François d'Assise en 1223 à Greccio, en Italie ; il s'agissait alors d'une crèche vivante. Depuis le XVIIIème siècle, la tradition de la crèche s'est perpétuée dans tout le monde catholique, et particulièrement en Provence où des personnages nouveaux ont été ajoutés, les santons, qui représentent les métiers traditionnels ou des scènes de la vie quotidienne de la région. Les rois mages Gaspard, Melchior et Balthazar, trois érudits de l'époque du Christ, sont représentés en route vers cette même étable, mais on ne célèbre leur arrivée qu'à l'Épiphanie.

Fête de la veille de Noël

Le réveillon de Noël, aussi appelé la veillée ou la veille de Noël est fêté le 24 décembre. À cette occasion on organise un repas festif au sein des familles, car Noël restant un instant magique pour les enfants, le réveillon doit y contribuer.

C'est aussi en cette même occasion que les chrétiens se rendent à l'église pour la traditionnelle messe de minuit: Au cœur de la nuit, on célèbre le passage des ténèbres à la lumière. La célébration proprement dite commence souvent par une veillée dans l'église, où l'on met en scène la Nativité et où une statue de l'Enfant Jésus nouveau-né est apportée en procession dans la crèche. La proclamation de l'évangile se termine souvent par le chant du Gloire à Dieu.

Une tradition datant du VIIe siècle faisait de la messe de Noël une succession de trois messes : la première messe s'appelait « messe des Anges », la seconde « messe des Bergers » et la troisième « messe du Verbe divin ». Ces trois messes étaient mieux connues sous le nom de « messe de Minuit », « messe de l'Aurore » et « messe du Jour ». Ce n'est qu'au XIXe siècle qu'on prit l'habitude de les dire à la suite au moment de la veillée de Noël.

Pour les gourmands : Traditions culinaires de Noël

En Europe :

  • En Allemagne et dans certains pays d'Europe, on prépare le stollen, gâteaux aux fruits et au rhum.
  • En Belgique et au Luxembourg, on mange des biscuits en pain d'épices en forme de personnages, comme Saint-Nicolas appelés speculoos.
  • En Espagne, les fruits sec sont à l’honneur du potage au dessert.
  • En Italie, le Panettone, un gâteau moelleux, est vendu dans sa boîte cadeau depuis le Moyen-Âge.
  • En Finlande, on déguste le saumon, les œufs de poissons, la merluche et le lavaret.
  • En Grande-Bretagne et en Irlande, le Christmas Pudding; accompagne le thé traditionnel.
  • En Grèce, on glisse dans le gâteau de Saint-Basile une pièce d'or qui est supposé apporter la prospérité et la joie durant toute de l'année.
  • En Norvège : Traditionnellement, on sert le lutefisk, une morue bouillie, servie avec des pommes de treer, une purée de pois cassés, des pommes de terre nouvelles, du bacon, du fromage de chèvre et de la moutarde.
  • Au Portugal, on sert la morue bouillie le 24 décembre.
  • En Roumanie, les cochonnailles et les brioches farcies de fruits secs appelées cozonac sont préparés pour l’occasion.
  • En Scandinavie, on trouve des boissons traditionnelles : aquavit et julmust. Ces sodas sont vendus exclusivement pendant les périodes de Noël, ainsi que le glögg, un vin chaud parfumé d'épices et relevé d'alcool blanc.
  • En Suède on sert le glögg, un vin bien épicé servi avec du pain d'épices.

En Amérique du Nord

  • Aux États-Unis, Noël ne serait pas Noël sans le traditionnel Egg Nog, un breuvage préparé avec du rhum, de la cannelle ou de la muscade et que l’on sert dans un grand bol.
  • Au Mexique et Nouveau Mexique on fait honneur à la dinde au chocolat.
  • Au Québec, le ragoût de boulettes, les pattes de cochon, la tourtière, la dinde farcie accompagnée de purée de pommes de terre, le pain de campagne servi avec des cretons et de la tête fromagée, et comme dessert, la traditionnelle bûche de Noël qui trône au milieu de la table ou le gâteau aux fruits. Voilà qui donne une bonne idée des menus traditionnels du temps des fêtes dans cette province du Canada.

La Saint-Sylvestre

Le réveillon de la Saint-Sylvestre ou le réveillon du Jour de l'an est une coutume occidentale qui consiste à fêter l'arrivée du nouvel an, en veillant jusqu'à minuit le soir du 31 décembre, dernier jour de l'année du calendrier grégorien. Dans la plupart des pays, contrairement au réveillon de Noël qui se fait en famille, celui du Jour de l'an se fait généralement avec des amis. Au Japon, c'est l'inverse. En Europe de l'Est le réveillon de la Saint Sylvestre est fêté entre amis .

L'Epiphanie

Le terme "épiphanie" est issu du grec et signifie "apparition". Célébrée le 6 janvier, cette fête correspond à la présentation de Jésus enfant aux Rois Mages. Ce jour est aussi celui du premier miracle des noces de Cana et avant tout la date de baptême du Christ.

Dès le Ve siècle, l'Église donna une importance considérable à cet événement. La galette des rois, servie à cette occasion, est une tradition typiquement française qui avait déjà cours au XIVe siècle. La galette était partagée en autant de portions que de convives, plus une. Cette portion supplémentaire, appelée "part du Bon Dieu" ou "part de la Vierge", était destinée au premier pauvre qui se présenterait.

Pendant des siècles les chrétiens d'Orient célébrèrent la Nativité le jour de l'Épiphanie. Les Arméniens du Caucase le font encore aujourd'hui.

Au Ier siècle il fut déjà décidé de donner primauté à la naissance du Christ plutôt qu'à l'Épiphanie.

Une chanson populaire raconte comment les Rois mages sont venus d'Afrique. Pour l'Évangile, ils arrivèrent de l'Orient. Peut être viennent ils tout simplement du mystérieux pays d'où sont originaires les Saintes Maries de la Mer et qui porta longtemps le nom d'Egypte.

Longtemps, le 6 janvier (Épiphanie) fût plus important que le jour de Noël. Encore actuellement, en Espagne ce sont les Rois mages qui apportent les cadeaux à l'Épiphanie et non à Noël. Les Rois Mages sont bien plus importants dans le cœur des enfants espagnols que le Père Noël et le 6 janvier est l'occasion d'une grande fêtes et de défilés dans les rues espagnoles.

La Chandeleur

La chandeleur se fête le 2 février, soit 40 jours après Noël. C'est la purification de Marie et la présentation de Jésus au temple de Jérusalem. Au niveau étymologique, la Chandeleur, qui s'appelait avant la Chandeleuse, vient du mot chandelle. A l'origine, la Chandeleur vient de l'expression latine "festa candelarum" qui signifie "fête des chandelles", car la bénédiction des cierges se déroulait ce jour là.

On l'a souvent oublié mais la Chandeleur est la dernière des fêtes de Noël d'ailleurs, en Provence la crèche est traditionnellement retirée à la Chandeleur.

Mais, comme beaucoup de fêtes du patrimoine culturel judéo-chrétien, la Chandeleur trouve son origine dans un mixage des traditions païennes et des religions juive et chrétienne.

- Retour en haut de page -


 MB Murielle Bailet logo - Fleuriste créateur - MEILLEUR OUVRIER DE FRANCE

Murielle Bailet - Fleuriste & création, Meilleur Ouvrier de France
A Carcassonne dans l’Aude et dans toute la France

En vous abonnant à la newsletter Info, recevez toute l'actualité du site, des cadeaux...

vérification 7 + 4 =

Plan du site | Derniers changements | Liens | Vie privée | Crédits | Contact

Copyright © 2018 Murielle Bailet - Tous droits réservés
Murielle Bailet - Fleuriste créateur à Carcassonne - MEILLEUR OUVRIER DE FRANCE
Bouquets et Compositions Florales - Bouquets de Mariage - Cours d'art Floral - Cadeaux Fleurs